RSA : étrangers/français – Quand on est pauvres on s’en prend toujours plein la gueule… Et ça va nous filer la rage !

En cette période de crise et d’austérité, l’État et les Conseils Généraux baissent par tous les moyens le coût du travail. La redistribution sociale (RSA, chômage,…) est notamment visée : chasse aux « fraudeurs », soi-disant « trop-perçus », découragement administratif pour l’accès aux allocations…

Le Conseil Départemental du Gard (CDG) a dans sa ligne de mire les ressortissants européens pour lesquels il rejette fréquemment les demandes de RSA, même quand ceux-ci en bénéficiaient dans d’autres départements.

Pour ces personnes, les conditions pour percevoir le RSA renvoient à celles nécessaires pour séjourner en France : particulièrement celle de travailler ou d’avoir suffisamment de revenus pour ne pas être une « charge pour le système d’assistance sociale » pendant les 5 premières années de présence.

Cependant, si le droit français prend en compte que l’on peut se retrouver au chômage (et le nombre des chômeurs augmente par dizaine de milliers tous les mois  !) et donc bénéficier du RSA, le Conseil Départemental du Gard ne l’entend pas de cette oreille. Il utilise des contradictions de textes entre ceux régissant le droit au séjour et ceux concernant l’obtention du RSA pour refuser majoritairement aux ressortissants européens ce revenu minimal.

Depuis quelques temps, des personnes dans cette situation viennent nous voir pour obtenir une aide dans leurs démarches et confrontations avec la CAF et le CDG. Nous appuyons autant que cela nous est possible ces démarches individuelles. Mais nous pensons qu’aujourd’hui il faut une mobilisation collective des personnes concernées pour créer un rapport de force avec le Conseil Départemental du Gard afin de faire infléchir sa politique restrictive à l’égard des ressortissants européens.

Si vous êtes concernés ou souhaitez vous solidariser, retrouvez nous lors des :
Permanences du collectif Exploités Énervés tous les deuxièmes vendredis du mois à la Rétive – 42, rue du faubourg d’Auvergne (Alès).

Quel que soit le pays où nous sommes nés,
l’État et ses administrations cherchent toujours à s’attaquer aux pauvres !
Quel que soit le pays où nous sommes nés, solidarité de tous les exploités !

Tract en PDF

This entry was posted in Tracts du collectif and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.